Des scientifiques en faveur de la cigarette électronique


Des experts de l’industrie, des chercheurs et des vapoteurs se sont réunis, le 12 novembre 2013, au E Cigarette Summit à Londres pour entendre les dernières découvertes scientifiques et les opinions relatives aux cigarettes électroniques. Des équipes de recherche de deux des départements scientifiques universitaires les plus respectés du Royaume-Uni ont présenté des preuves qui suggèrent que les cigarettes électroniques pourraient contribuer à sauver des millions de vies chaque année.

Préoccupées par les 100 000 décès causés par le tabac au Royaume-Uni en 2012, des équipes de recherche spécialisées ont disséqué les véritables effets du tabagisme et cherché des solutions pour réduire les risques. La tendance qui se dégage suggère que de nombreux chercheurs pensent que les cigarettes électroniques représentent la meilleure opportunité de réduire le nombre de fumeurs dans le monde et, par conséquent, le nombre de décès attribués au tabac.

Les intervenants du sommet sur la cigarette électronique ont rapidement souligné l’importance de ne pas gâcher cette opportunité offerte à la communauté des fumeurs par les innovateurs et les fabricants de cigarettes électroniques. Robert West, professeur de psychologie de la santé à l’University College de Londres, craint que les régulateurs et les autorités n’affectent négativement le potentiel des e-cigarettes en imposant des restrictions dommageables et mal avisées à leur production et à leur vente.

Il explique que les cigarettes électroniques pourraient sauver « littéralement des millions de vies » : « La grande question, et pourquoi nous sommes ici, est de savoir si cet objectif peut être atteint et comment le faire au mieux… et quel type d’environnement culturel et réglementaire peut être mis en place pour s’assurer que cet objectif est atteint. Je pense que cela peut être réalisé, mais c’est un espoir, une promesse, pas une réalité ».

Un autre intervenant au sommet, le Dr Jacques Le Houezec, s’est fait l’écho de ces sentiments : « Nous sommes sur le terrain depuis très longtemps, c’est pour nous une révolution. »

Des réglementations telles que les récentes propositions de la MHRA (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) qui traiteraient les cigarettes électroniques comme des médicaments dans toute l’Union européenne provoque le mépris des chercheurs qui tentent de maximiser le potentiel de vaporisation. De tels règlements stopperaient l’innovation et rendraient l’approvisionnement plus difficile et plus artificiel, réduisant le nombre de personnes qui pourraient bénéficier du passage des cigarettes traditionnelles à leurs frères électroniques.

Des représentants de certains des plus grands fabricants et fournisseurs de cigarettes électroniques du Royaume-Uni, dont Totally Wicked et Joyetech, étaient présents et auraient sans aucun doute été ravis d’entendre les preuves scientifiques qui soutiennent si vigoureusement l’industrie. L’année a été difficile pour les cigarettes électroniques – l’attention des autorités qui cherchent à mettre en place une réglementation restrictive s’est accrue au fur et à mesure que l’industrie prenait de l’importance.

Lynne Dawkins, de l’Université de l’Est de Londres, espère que de telles rencontres de l’esprit contribueront à influencer positivement les décideurs et à aider l’industrie des cigarettes électroniques à réaliser son potentiel incontestable.

« Nous ne voulons pas gâcher cette grande opportunité que nous avons de superviser cette croissance sans précédent et cette technologie en évolution qui n’a jamais été vue auparavant, nous devons faire attention à ne pas la gâcher ».

Lynne Dawkins, de l’Université de l’Est de Londres

Par ailleurs, nous avons découvert un site de conseils pour arrêter de fumer avec sa cigarette électronique. Les conseils sont efficaces sans mettre la pression. Une approche maline pour qui souhaite se sevrer du tabac et arrêter la clope définitivement !

Laisser un commentaire